UA-50550742-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les livres de KOUKOU  disponibles en France 

  A Paris    

Librairie "La Maronite" : 37, rue des Maronites, 75020; Métro : Menilmontant.

   En province     

Contacter le libraire qui se charge des expéditions :

Tel: 01 77 18 82 25

Courriel: librairielamaronite@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site a été mis à jour pour le Sila 2019, mais il est en reconstruction, pour le rendre plus aéré et plus fonctionnel. 

Merci pour votre compréhension. 

 

Nouveautés 2019

 

Les Califes maudits /1- La déchirure - Hela OUARDI

L'imaginaire musulman, en particulier salafiste, a tendance à présenter le règne des quatre premiers successeurs de Muhammad, celui des " califes guidés", comme un temps idyllique. Or les textes les plus anciens révèlent une toute autre réalité : celle d'une déchirure précoce avant même que le Prophète soit porté en terre. Ses plus proches Compagnons rivalisèrent alors de trahisons, de pactes secrets, de corruption et de menaces de mort pour s'emparer du pouvoir. Voici l'histoire stupéfiante des Califes maudits, dont ce premier volume révèle les enjeux et les acteurs.

Fidèle à la méthode déployée dans Les Derniers Jours de Muhammad, Hela Ouardi est allée fouiller dans les replis des sources les plus classiques - mais en réalité très peu consultées - pour reconstituer cette histoire secrète. Les protagonistes sont tous des figures majeures de l'islam naissant : Abû Bakr, le plus proche Compagnon, 'Umar, son second impétueux et violent, 'Ali, le gendre bien aimé, Fâtima, la fille chérie au destin funeste, qui lancera une terrible malédiction à ses spoliateurs, les futurs premiers califes. Entre tous ces personnages hauts en couleurs se noue une véritable tragédie grecque aux conséquences durables. Car au-delà des querelles de personnes, c'est bien le destin de l'islam et, par conséquent, du monde entier qui se joue. 

L'auteure : Héla Ouardi est professeure de littérature et de civilisation française à l’université Manouba de Tunis, et chercheuse associée du Laboratoire d’études sur les monothéismes du CNRS à Paris.

Elle a publié, en 2016 chez Albin Michel et en 2018 chez KOUKOU,  Les Derniers Jours de Muhammad.

 

240 pages

1200 DA

 

Libertés, dignité, algérianité - Mohamed MEBTOUL

Citoyens contres clientèles. Désir de changement contre volonté de stagnation. Ethique contre corruption. Révolte contre résignation. Humour et poésie contre langue de bois…

Que peut faire la société, piégée par une triple instrumentalisation de l’histoire, de la peur et du religieux, face à un pouvoir adossé à la rente, au clientélisme, à la violence de l’argent et à la force brutale ?

Sursaut de dignité d'un peuple méprisé, réprimé, assigné à la marge, le mouvement pacifique du 22 février 2019  signe le retour du politique par l'entrée en scène du citoyen. Quand la société crie son ras le bol, le pouvoir tire les vieilles rengaines en rafales : « anarchie », « désordre », « trahison», « main étrangère », « ennemi intérieur »…

Les jeunes, qui ont bravé la peur pour exiger une vie digne, se sont heurtés à un pouvoir hors champ, qui s'accroche au statu quo pour sauvegarder ses privilèges.

Manipulation grotesque d'un régime en mal d'imagination, l'appel au dialogue par le biais d'un panel-maison est une tentative de croche-pied à l'histoire en marche. Contre les résistants qui refusent le piège des urnes à double fond, la riposte est un classique des régimes autoritaires : harcèlement des militants, intox et propagande dignes des années de plomb, encerclement des espaces de liberté, arrestations pour délit d'opinion….

Malgré l'impasse programmée qui risque de déraper à tout moment, tous les espoirs sont encore permis.

L'auteur : Mohamed MEBTOUL est professeur de sociologie à l’Université Oran 2, et chercheur associé au GRAS (Unité de recherche en Sciences Sociales et Santé). En immersion dans le mouvement citoyen depuis le 22 février, il dissèque ce puissant désir d'avenir d'une jeunesse insurgée qui a réinventé la politique. 

 

 

224 pages

800 DA

 

Casa del Mouradia - Mohamed BENCHICOU

Djeddou Messaoud avait excité ma curiosité à propos de cette jacquerie sans précédent qui eut lieu soixante ans auparavant, en 2019. Récit d'une rencontre avec son peuple et avec ma grand-mère Nora, scènes d'où me parvenait l’étrange parfum d’un temps qui m’avait toujours fasciné, qui m’obsède encore, le temps où Nora était jeune et belle, follement amoureuse, l’époque où l’odeur de la mer se mélangeait à celle des glycines…

Pour nous qui vivons en 2080, cette révolte qu'aucun manuel scolaire n'évoque, fait partie d’un temps oublié ; pourtant elle me semble toute proche, comme si j'y avais vécu, comme si j’y avais tété le lait de toutes ces femmes qui sortaient défier l’injustice, qui s'emparaient de la rue au nom du droit à la liberté, et à l’amour.

J'avais fini par partir à sa recherche là où elle pouvait être, dans le cœur des hommes, dans leurs souvenirs, dans des journaux jaunis par les années, dans des enregistrements vidéo, des espèces de films que l'on réalisait au moyen d'appareils aujourd'hui disparus, dans des comptes rendus de procès très médiatisés à l’issue desquels des mandarins de l’ancien régime furent lourdement condamnés. J’ai aussi pu retrouver des rapports d’écoutes que la justice avait mis à la disposition du public, et tous ces ingrédients m’ont permis de raconter cette histoire en hommage aux ancêtres, qui avaient enlevé, pour nous, les barrières qui condamnaient à l’inertie. 

L'auteur : Mohamed BENCHICOU, écrivain, journaliste est le directeur- fondateur du quotidien d’opposition Le Matin, suspendu en 2004. Incarcéré pendant deux ans, il est l’auteur de nombreux essais et romans, d’un journal de ses années de prison, d’une pièce de théâtre et d'un recueil de poèmes publiés en Algérie et en France.

 

149 pages

600 DA

 

Les femmes du prophète - Houria ABDELOUAHED

Khadîja, Sawda, Aïsha, Hafsa, Zaïnab fille de Khuzaïma, Hind, Zaïnab fille de Jahsh, Jowaïriya, Ramla, Saffiya, Maïmouna... Qui étaient les femmes de Mahomet, épouses et concubines?

Qui étaient ses filles ? Dans ce récit poétique et critique, mené comme un roman oriental, l'auteure raconte chacun de leurs destins. De la plus aimée à la plus calomniée, de la plus légitime à l’enlevée, de la plus libre à la plus asservie, de la plus célèbre à la plus ignorée.

Houria Abdelouahed est remontée aux sources historiques et religieuses de la tradition arabo-musulmane. Elle s'est confondue avec ces femmes, leur prêtant sa voix dans des monologues d'une grande force.

Elle dresse un véritable réquisitoire contre le lien abusif entre les pratiques et croyances religieuses et la société civile.

 « Où est la pensée sur la dignité humaine et où est la spiritualité dans l'idée d'une janna (paradis) qui commence ici-bas pour se prolonger dans des orgies de l'au-delà ? Orgies sempiternelles où la femme ne figure que comme possédée par l'homme.

En fait, notre malheur a commencé bien avant Daech. »

L'auteure : Houria Abdelouahed, psychanalyste, maître de conférence et traductrice, est le coauteur avec le poète Adonis, dont elle a traduit le grand opus Al-Kitâb (trois volumes au Seuil), de l’anthologie de la poésie arabe classique (Gallimard), de deux entretiens, Le Regard d’Orphée (Fayard, 2009) et Violence et Islam (Seuil, 2015) qui a été traduit dans une quinzaine de langues. Elle a également publié, entre autres, Figures du féminin en Islam (PUF, 2012) et de nombreux textes sur les questions du « voile », de la langue et de la traduction.

 

288 pages 

1200 DA

 

« C'est mon choix ! » disent les femmes soumises - Myassa MESSAOUDI

Ma mère me jeta un regard glacial. Le mot concubinage est considéré comme une obscénité. Tout ce qui est en lien avec la sexualité, même verbalement, est source de trouble et d’interdit. La réalité de ces pratiques n’a pas besoin d’yeux, de langue, ou de raison. Elle est un privilège masculin entendu, qui ne souffre pas les commentaires de remise en question.

Pourtant, le sexe est dans tous les regards. Dans toutes les attitudes. Dans cette non-mixité réclamée comme un rempart contre la tentation. Dans cette obsession du corps de la femme. De ce qu’on doit laisser voir. Dans ces mâles transformés en gardiens pathétiques d’une vertu mensongère. D’un banal entre cuisses, qui s’acharnera à se venger de ses geôliers. Et qui jouira à chaque aventure, d’avoir trompé les miradors du clitoris.

Triste champs de gloire pour cette jeunesse qui n’a même pas conquis son droit à un plaisir pourtant " à portée de main ". Qu’ils aient laissé des imams cinoques et des idéologues de comptoir les posséder jusqu’à l'intime.

L'auteure : Franco-algérienne originaire de Sidi Bel Abbes, Myassa Messaoudi est traductrice, activiste féministe et auteure de plusieurs articles politiques romancés. 

 

184 pages

600 DA

 

KABYLIE 1871, L'insurrection - Tassadit YACINE

Ce colloque rompt la perception habituelle de l'histoire, par les institutions officielles, de la résistance puis de la révolte d'une population à l'occupant français avec des moyens dérisoires.

1871, c'est une année de soulèvement populaire qui constitue l'amorce d'une prise de conscience collective, fondement du mouvement national.

1871, c'est aussi le symbole d'une Algérie plurielle incarné dans le combat d'El-Mokrani, grand dignitaire de la Médjana de la noblesse d'épée, les djouads, et de Cheikh Aheddad, chef d'une confrérie religieuse : la Rahmanya. Ce moment, situé dans l'espace et dans le temps, a réuni symboliquement à Béjaïa ( entre Seddouk et la Kalâa) des chercheurs algériens et français pour revisiter des pages émouvantes de l'histoire algérienne, non sans lien avec la grande histoire universelle.

 

Les auteurs : Tassadit Yacine-Titouh, spécialiste de la culture berbère, est directrice d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales et chercheuse au Laboratoire d'Anthropologie sociale. Elle anime la revue d'études berbères Awal, fondée en 1985 avec Mouloud Mammeri.

Abdelhak Lahlou, est professeur de lettres et sciences humaines au lycée polyvalent Saint Nicolas à Paris. Il a soutenu, en 2017, une thèse sur la poésie orale kabyle ancienne à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris.

Ont participé au colloque : Mouloud KOURDACHE - Mahdi LALLAOUI - Ali MEKKI - Rachid OULEBSIR - Ouanassa SIARI TENGOUR - Fouad SOUFI - Benjamin STORA - Françoise VERGES.

 

255 pages

800 DA

 

Violences algériennes - Allaoua BENDIF

Depuis février 2019, l'Algérie vit, chaque vendredi, au rythme de la Silmya, la mobilisation pacifique pour le changement et les libertés. Ces manifestations, festives et conviviales de communion fraternelle, qui ont surpris le monde par leur civisme, ne peuvent occulter le climat de violence qui agresse le citoyen le reste du temps : soubresauts de la barbarie terroriste des années 90, criminalité " ordinaire ", délinquance routière, violences institutionnelles …

Dans ses diverse formes, la violence est un phénomène grave qui impacte tous les pays du monde, au point de devenir un obstacle aussi bien pour la sécurité publique que dans les relations internationales.

Ce travail a pour objectif d’analyser l’aspect le plus spectaculaire de ces violences ― le terrorisme ― sans occulter les autres manifestations significatives, dans un contexte plus ample, et à partir de divers angles, pour en réaliser une lecture distanciée. Mais aussi à partir de plusieurs perspectives, afin de proposer un modèle explicatif qui échappe aux lectures tactiques des uns et des autres pour le restituer à ses véritables causes : les erreurs et les lacunes de la dynamique de développement national pluridimensionnel.

Une telle lecture peut aider à comprendre la problématique,  désormais récurrente dans beaucoup de pays sous-développés ou en voie de développement. Elle peut constituer un point d’appui utile pour mieux cerner le phénomène des violences dites " de banlieues " dans certains pays européens, et leur lien avec la problématique de l’intégration des populations émigrées, notamment celles d’origine non européenne. Elle peut aussi apporter un éclairage supplémentaire sur l’islamisme violent et ses ressorts dans les pays musulmans et à travers le  monde.

L'auteur : Né le 17 mars 1953 à Skikda, Allaoua BENDIF est docteur en psychologie clinique, diplômé de l’université  de Constantine (Algérie) puis de Lille3 (France). Enseignant universitaire, il est adepte d’une psychologie d’implication dans les processus psychosociaux et institutionnels d’une Algérie en mutation  intense, et par certains aspects, violente. Psychologue praticien, il a exercé en situations d’urgence, notamment dans la prise en charge de victimes d’accidents industriels et de violence terroriste.

 

337 pages 

1000 DA

 

Rue de la nuit - Arezki METREF

Mais qui donc est Mucho? Justicier ou voyou ? Bandit d’honneur ou simple malfrat ? Au Café des amis, son entrée impose le silence. Nul n’ose croiser son regard. Ni cheikh  Zoudj, qui officie au Minaret,  ni Zayyem, le boss de la Maison du Drapeau qui excelle dans les discours patriotiques de la place du Garde-à-vous . Zongo, le patron du bistrot partage avec Mucho un secret, et Poteau électrique qui surveille sa tanière, rue de la Nuit, semble en savoir plus qu’il n’en dit.

A travers l’histoire de cet être hybride absorbé et recraché par la nuit, c’est la vie du petit peuple de la Cité du Peuplier qui bat au rythme d’un pays qui mélange autodérision et sens de la tragédie.

L'auteur : Arezki METREF est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de recueils de poésie, de nouvelles, de romans et de pièces de théâtre. 

 

 

103 pages

500 DA

 

Nabile FARÈS, Hommage collectif 

(Coordonné par Beida CHIKHI, Ali CHIBANI et Karima LAZALI)

Poète, romancier et dramaturge, Nabile Farès a laissé advenir sa propre vision de la littérature dans la lignée des écrivains algériens qui l’ont précédé, qu’il a côtoyés et lus avec passion, reconnaissant dans leurs textes les passages salutaires de la voix à l’écrit, puis de la lettre à la parole. Marqué par des événements d’une grande violence, cet « enfant de la guerre » devint l’écrivain des transitions et des passages, engagé contre les mythologies destructrices : désir de domination, esclavage, colonialisme, impérialisme, ségrégation, guerre, dictature… De Yahia pas de chance (1970)à son livre posthume, L’Étrave (2017),il a construit une œuvre importante, portée par une réflexion sur la complexité poétique et politique de la langue.

Universitaires, écrivains, artistes et psychanalystes se sont réunis pour lui rendre hommage et éclairer la cohérence d’une œuvre souvent désignée comme difficile d’accès : « "tu" ne peux dire "je" dans la parole la plus simple, le discours le plus naïf, la langue la plus neutre. » (Nabile Farès, L’État perdu).

Nabile FARES est Né à Collo en 1940. Après des études de philosophie et de sociologie, il a enseigné à l’université d’Alger et à l’université Stendhal à Grenoble. Il a publié une trilogie marquante intitulée La Découverte du nouveau monde (Le Champ des oliviers, 1972 ; Mémoire de l’Absent, 1974 ; L’Exil et le Désarroi, 1976). Dans les années 1990, son œuvre a pris une autre orientation sous la plume du psychanalyste qu’il est devenu. Il était une fois, l’Algérie (2011) et L’Étrave, Voyages à travers l’islam (2017) sont ses derniers romans parus en Algérie, ainsi que son essai Maghreb, étrangeté et amazighité (2016).

Ont contribué à cet ouvrage : Fazia AÏTEL - Zineb ALI-BENALI - Réda BENSMAÏA - Charles BONN - Flavia BUZZETTA - Karine CHEVALIER - Ali CHIBANI - Beïda CHIKHI - Priska DEGRAS - Habiba DJAHNINE - Alessandra GUERRA - Marjorie JUNG -  Karima LAZALI - Nassima METAHRI - Valérie K. ORLANDO - Marc QUAGHEBEUR - Anne SCHNEIDER - Peter THOMPSON - Kamel YAHIAOUI.

 

272 pages

800 DA