UA-50550742-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les livres de KOUKOU  disponibles en France 

  A Paris    

Librairie "La Maronite" : 37, rue des Maronites, 75020; Métro : Menilmontant.

   En province     

Contacter le libraire qui se charge des expéditions :

Tel: 01 77 18 82 25

Courriel: librairielamaronite@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ◊ Nouveautés Sila 2017                                                                                                                                                                

 

 


 

Ali KOUDIL

338 pages

Prix 1000 DA

Octobre 2017

 Feriel BOUATTA

 120 pages

 Prix : 500 DA

 Octobre 2017

 

Mohamed IIMACHE

112 pages

Prix : 500 DA

Octobre 2017

Mahmoud BOUDARENE

128 pages

Prix 500 DA

Septembre 2017 

Arezki METREF

222 pages

Prix : 800 DA 

Juillet 2017

 

                                                   

 ◊  Dernières parutions                                                                                                                                                                      

 

     Riccardo NICOLAI

         Avril 2017

         Tarik KHIDER

          Février 2017

    Mokrane AÏT- LARBI

      Novembre 2016

        Ouvrage collectif  

        Novembre 2016

            Pierre DAUM

               Mai 2016

 

    Les auteurs présentent leurs livres (Vidéos)                                                                                                                                                      

 Tarik KHIDER Présente

" L'affaire Khider, un crime d'Etat impuni" à Radio M. 

˃˃ Voir la vidéo

 

   

Myriam AÏT-AOUDIA

présente " L'expérience démocratique    en Algérie   (1988-1992) à l'ACB.  

   ˃˃ Voir la vidéo           

   Pierre DAUM  présente  

" LES HARKIS... " (Librairie des Beaux Arts, 28 mai 2016 ).  

˃˃ Voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Abdennour ALI-YAHIA présente

"LETTRE OUVERTE au système politique..." (Librairie des Beaux Arts, 28mai 2016 ).

˃˃ Voir la vidéo

Bélaïd ABANE présente 

"ABANE AU CŒUR DE LA TEMPÊTE "  (ACB, 18 février 2016 )   

˃˃ Voir la vidéo

 

 

         Djemila BENHABIB présente " Ma vie  à contre-Coran " sur France 24.     

 ˃˃ Voir la vidéo

 

 

      Aomar ULAMARA 

présente " Les sentiers de l'honneur " (ACB, Paris 14 juin 2014). 

                   ˃˃ Voir la vidéo

 ◊  Parutions récentes                                                                                                                                                                      

     

 Myriam AÏT-AOUDIA

Mai 2016

 Pierre DAUM

Mai 2016

 Abdennour ALI-YAHIA 

Mars 2016

             Belaïd ABANE

             Octobre 2015 

Arezki METREF

Octobre 2015 

Abdelhafidh YAHA

Juin 2015

  

 ◊   Bonnes feuilles                                                                                                                                                                                                                                                     

Apprentissages politique et changement de régime

 Myriam AÏT-AOUDIA 

Plus de vingt ans avant le "printemps arabe", le régime du parti unique s'est subitement effondré en Algérie pour laisser place à un système pluripartisan. Comment cette première expérience démocratique de la région s'est-elle organisée ? Et comment a-t-elle échoué trois ans plus tard ?

L'ouvrage reconstitue ce processus, à partir d'un matériau d'une ampleur inégalée : entretiens avec les responsables des principaux partis politiques (FLN, FIS, RCD, FFS), des ministres, des généraux, des fonctionnaires locaux et départementaux ; décryptage de nombreuses archives originales (du FIS et du ministère de l'Intérieur notamment), de la presse et de textes juridiques. 

> Lire la suite...

 

Le dernier tabou , LES HARKIS restés en Algérie après l'indépendance

Pierre DAUM

Pourquoi nous publions ce livre

Au nom d'un patriotisme-rentier, des voix pas toujours amies nous ont déconseillé de publier ce livre ; nous avons décidé de passer outre, malgré de sérieuses divergences avec l'auteur. A commencer par ce classement condescendant des Algériens, pris dans la tourmente d'une guerre impitoyable. D'un côté, les pauvres bougres poussés par la misère dans les casernes de l'armée française. Et de l'autre, ceux qui ont rejoint les maquis sous la menace du FLN. Ni traîtres, ni héros. Ni collabo, ni résistants. Tous des victimes...

> Lire la suite...

 

Lettre ouverte au système politique...

Abdennour ALI-YAHIA

 L’autorité qui s’exerce sans contrôle est de l’absolutisme. Plaire au narcissisme exagéré du Président qui déborde avec la griserie du pouvoir, est devenu la préoccupation majeure de l’administration ; le virus de la servilité n’a épargné, à la longue, aucun corps de l’État.

Les partis intégrés au pouvoir sont des partis désintégrés. La rupture est consommée entre le pouvoir et la grande majorité des Algériens. Cette perte de confiance est renforcée par des dégâts collatéraux : perte des valeurs et des repères, pillage des biens de l’État par ses gestionnaires, chômage de la jeune génération qui n’est pas seulement un mal social mais un fléau humain, précarité et chute du pouvoir d’achat.

 ˃ Lire la suite...

 

   

La Mission

Mohamed BENCHICOU

Le sang de Tigantourine avait contribué à jeter le royaume britannique, berceau d’une si vieille démocratie parlementaire, dans les bras de l’autocratie algérienne qui s’éternisait au pouvoir par des méthodes inavouables et qui avait accueilli avec enthousiasme cette marque d’amitié qui la réhabilitait aux yeux du monde. Le milliardaire algérien exilé puis incarcéré à Londres, Abdelmoumène Khalifa, en fera les frais.

 ˃ Lire la suite...

 

   

Les sentiers de l'honneur

Messaoud OULAMARA

L’invité de marque, c’était « Che » Guevara ! Dès son arrivée, nous sommes partis vers le Djurdjura, sur la route d’Icherriden. Avec l’aide de l’interprète, notre invité veut comprendre ce qui s’était passé, comment cela avait débuté, comment était menée la guérilla depuis 1954 jusqu’à la fin. Il n’a pas arrêté de poser des questions. Nous avons quitté Larbaâ par la porte du Djurdjura et en moins d’une demi-heure, nous avions atteint Icherriden. En ce lieu historique, je lui ai rappelé toutes les luttes de nos anciens pour résister à l’envahisseur.                                             

  ˃ Lire la suite...

 

Rue Sombre au 144 bis

Hakim LAÂLAM

— Pourquoi user du sarcasme envers l’Autre ? Ne devez-vous pas respect et dévotion à l’Autre ? Ne devons nous pas, tous, dévotion à l’Autre ? a question brutale du juge fit revenir Selim dans l’affreux bureau de l’instruction. Il réagit à peine à l’interpellation sans ménagement du magistrat.  Allait-il à présent être contraint de s’engager dans un débat surréaliste sur l’humour, le rire, la dérision, le sarcasme ou encore le cynisme ? 

   ˃ Lire la suite...

 

Ben Bella - Kafi - Bennabi contre ABANE 

les raisons occultes de la haine 

Bélaïd ABANE

La plaie béante qui ronge  encore Ben Bella, à en croire ses récentes attaques contre Abane, c’est incontestablement le Congrès de la Soummam. Il n’y a pas participé.      « Abane m’en a empêché », continue-t-il à ce jour de se lamenter. Aucun historien sérieux ne pourrait donner crédit à une telle assertion. Qui pouvait empêcher Ben Bella de revenir en Algérie pour participer au Congrès de la Soummam ? Comme le rappellera Mabrouk Belhocine, « Ben Bella attendait-il l’assistance d’on ne sait quel Touring Club pour rentrer en Algérie ? Avait-t-il fait un petit effort d’imagination pour rentrer dans son pays par ses propres moyens comme l’avait fait Larbi Ben M’hidi deux mois auparavant ? »

 ˃ Lire la suite... 

 

L'automne des femmes arabes

Chronique du Caire et de Tunis

Djemila BENHABIB

Tous ces tête-à-tête exaspéraient le pontife. Pour les rendre légitimes, il a jugé bon de suggérer aux femmes d’allaiter leurs collègues à cinq reprises. Le cheikh faisait ainsi d’une pierre deux coups. La création d’un lien de lait entre les deux collègues les empêcherait, comme le prescrit le Coran, d’avoir des relations sexuelles. La mixité se trouvait, ainsi, purgée de son mal.

 ˃ Lire la suite... 

 

AVRIL 80, Insurgés et officiels du pouvoir racontent le "Printemps berbère"

Ouvrage collectif coordonné par Arezki AÏT-LARBI

 

Témoignage de Salem Chaker (professeur de Berbère): 

En juin 1980, après trois mois de manifestations, de grèves et d’affrontements en Kabylie et secondairement à Alger, intervient la libération des 24 « meneurs » déférés à la Cour de Sureté de l’Etat et les poursuites sont suspendues contre toutes les personnes recherchées. Cette phase d’apaisement est mise à profit par le « groupe de Tizi-Ouzou » pour organiser le séminaire de Yakouren, destiné à donner au mouvement sinon un programme, du moins des éléments de doctrine.           ˃ Lire la suite...

 Chronologie du Printemps berbère

10 mars 1980: Parti d’Alger pour donner une conférence à l’université de Tizi-Ouzou sur « les poèmes kabyles anciens », Mouloud Mammeri est intercepté par un barrage de police à Draa Ben Khedda. Conduit à la wilaya, le chef de cabinet du wali lui notifie l’interdiction de la conférence.           ˃ Lire ...                                 

 

 

AU NOM DU PEUPLE!

Le procès de la Ligue algérienne des droits de l'Homme (Cour de sûreté de l'Etat, décembre 1985)

Collectif Contre la Répression en Algérie

Pour avoir créé la première Ligue algérienne des droits de l'Homme en 1985, ils sont condamnés à de lourdes peines de prison par la Cour de sûreté de l'Etat.                  Le livre retrace le combat et le procès de ces militants, dont certains deviendront, quelques années plus tard, des acteurs reconnus de la vie publique, comme     Abdennour ALI-YAHIA, Mokrane AÏT-LARBI, Saïd SADI, Hachemi NAÏT DJOUDI, Ferhat MEHENNI, Ali-Fewzi REBAÏNE...                                                              ˃ Lire...      

 Après « délibérations », la Cour de sûreté de l’Etat a rendu le verdict suivant :          ˃ Lire le Verdict...  

 

Appelez-moi Colonel!

Achour BOUOUNI    

C’est le témoignage d’un syndicaliste qui, pour avoir dénoncé la prédation, vivra l’enfer.Menacé, agressé, chassé de son domicile, jeté en prison, Achour BOUOUNI  résiste. Dans cet ouvrage, il lève le voile sur le fonctionnement du « système », relate des faits, étale des preuves et cite des noms, parfois très haut placés.